On recense à l’heure actuelle une vingtaine de groupe privés habilités à créer et gérer des Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes EHPAD.

Notre sélection d’exploitants

orpea

ORPEA est le premier groupe français dans le domaine de la dépendance (principalement gestion d’EHPAD et de cliniques de soins) Jean Claude Marian est le fondateur en 1989 avec des débuts très difficiles pourtant.
Aujourd’hui c’est le numéro 1 incontestablement sur le marché.

Le chiffre d’affaire est de plus de 1,4 milliards d’euros en 2012, cette société est cotée à la bourse de Paris et a des filiales dans plusieurs pays d’Europe dont l’Espagne et même en Chine.

C’est un de nos partenaires historique privilégié.

Des chiffres impressionnants :

2007 : résultat net 41,0 millions € +31,2 %, chiffre d’affaires 544,6 million € +31,3 %
2008 : résultat net 48,4 millions € +17,5 %, chiffre d’affaires 702,3 million € +29,0 %, environ 25 000 lits gérés.
2009 : chiffre d’affaires 820 millions €
2011 : chiffre d’affaires > 1,1 milliard €
2012 : chiffre d’affaires de 1.429 milliard € (+ 15,8 %)4
2013 : Le groupe vise un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’Euros pour 2013

Actionnariat : CPPIB (15,0%), Groupe familial Marian (8,0%), FFP Invest (7,2%), Sofina (6,0%), Public (63,8%)

medica

MEDICA est une société française avec pour spécialité la gestion d’EHPAD principalement et de cliniques de soins. Le chiffre d’affaire en 2012 est supérieure à plus de 600 millions d’euros et en gestion plus de 14 000 lits. MEDICA a également des filiales en Italie ce qui en fait un groupe international.

Historique du groupe :

1968 : Pierre Burel fonde MEDICA en ouvrant sa première maison de retraite.
1970-1990 : Construction acquisition en France de 23 établissements principalement des maisons de retraite mais aussi des établissements de soins de suite.
1999 : MEDICA est racheté à son fondateur par la Société Centrale Immobilier de la Caisse des Dépôts (SCIC), filiale de la Caisse des Dépôts. La capacité d’accueil globale du groupe MEDICA s’élevait alors à près de 2500 lits. Jacques Bailet est nommé Président-Directeur Général au sein du Groupe MEDICA. Christine Jeandel est nommée Directeur Général délégué.
2003 : Plusieurs fonds d’investissement gérés par BridgePoint Capital et Alpinvest ont acquis le groupe MEDICA. Acquisition du Groupe Doyennés Europe. Au 31 décembre 2003, le groupe MEDICA réalisait un chiffre d’affaires consolidé de 209,9 millions d’euros pour une capacité de 7 225 lits exploités. Création d’un centre de formation MEDICA, l’Institut des Bonnes Pratiques.
2005 : MEDICA élargit sa stratégie à l’international, et s’implante sur le marché italien.
2006 : Plusieurs fonds d’investissement, conseillés par BC Partners, prennent le contrôle du capital. Au 31 décembre 2006, le groupe MEDICA offrait une capacité d’accueil de 9 643lits.
2008 : Le groupe MEDICA dispose de 144 établissements d’exploitation ce qui correspond à une capacité d’accueil de 11 042 lits. Au 31 décembre 2008, le groupe fait 448,8 millions d’euros de chiffre d’affaires.
2009 : La capacité d’accueil du groupe est de 11 381 lits.
2010 : La société entre en citation sur le NYSE Euronext Paris (compartiment B), éligible au SRD.
2011 : Le groupe MEDICA reçoit la certification NF service, attribuée par l’afnor, sur la majorité de ses EHPAD. En mai, Private Equity BC Partners, le fonds qui avait acquis Medica par l’emprunt5, sort du capital. En novembre, l’AMF reçoit une déclaration du groupe Covéa indiquant détenir, par l’intermédiaire de ses sociétés, 21.38 % du capital et des droits de vote de MEDICA.
Le 18 mars 2014 : les actionnaires de MEDICA et Korian valident la fusion des deux entités pour devenir le numéro 1 des maisons de retraite en Europe.

Chiffres clés :

Chiffre d’affaires (C.A) 2010 : 538,9 millions d’€
Nb de lits exploités : 13 800 lits
Nb employés et professionnels de santé expérimentés : 6800

Actionnariat :

Flottant (54,4%), Groupe Covéa (21,4%), Predica (11,3%), Monroe Groupe Batipart (9,5%), autres (3,4%)

Source WIKIPEDIA

korian

Korian, est issu du regroupement, sous le nom de Suren, des groupes de maisons de retraite Finagest et Serience, afin de constituer un acteur de référence dans le domaine de la prise en charge de la dépendance temporaire et permanente. Depuis 2003 la société s’est développée à la fois par des acquisitions que par la création de nouveaux établissements :

En 2005 Suren lance une OPA sur Medidep, opération qui aboutie en 2006. La même année, Korian est sur le marché boursier français. En 2007, Korian fait l’acquisition de Segesta, deuxième opérateur italien, ainsi que Phonix, dixième opérateur d’Allemagne. En 2013, Korian lance une OPA amicale sur Curanum, société de droit allemand.

A la date du 18 mars 2014, les AG mixtes des actionnaires de Korian et de Medica ont approuvé la fusion-absorption de Medica par Korian. Cette opération marque un rapprochement entre les deux sociétés lancé le 18 novembre 2013. Korian et Medica donnent ainsi naissance à la première entreprise européenne de maison de retraite dans la zone EURO.

Korian a plus de 57000 lits dont 29 490 en France, une position de leader dans quatre pays européens majeurs, la France, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique. Le tout sur 596 établissements, dont 364 en France, et avec 40 000 salariés.

C’est également dans le domaine uniquement des EHPAD un de nos partenaires clef.

Chiffre d’affaire 2012 : 1,1 Milliards d’euros

Actionnariat :

Prédica (31,3%), Batipart (24,4%), Malakoff Médéric (14,2%), Flottant (10,7%), MACSF (9,8%), ACM Vie (9,6%)

domusvi

Groupe qui a aujourd’hui plus de 30 ans d’existence. Très présent dans le secteur de l’investissement pour les particuliers. Partenaire de qualité et fiable.

Chiffres à retenir en 2013 :

182 EHPAD (14 300 lits)
15 résidences non EHPAD (1 000 lits)
45 agences d’aide et de soins à domicile, dont 13 Services de Soins Infirmiers à Domicile
Plus de 12 000 salariés

Chiffre d’affaire 2012 : 612 millions d’euros

Actionnariat : DomusVi (59%), GDP Vendôme (41%)

colisee

Colisée est un des premiers groupes français indépendants des EHPAD. C’est un groupe très solide et humain dans la gestion de ses résidents. Les EHPAD de ce groupe sont généralement plutôt haut de gamme et donnent souvent l’impression d’être un peu à la maison. Il y a également priorité d’occupation pour les investisseurs ou leur famille ce qui donne un atout supplémentaire non négligeable dans le cadre de l’investissement.

Le groupe intervient à la fois dans la conception, la construction et la gestion des EHPAD

Plus de 2800 salariés sont dans le groupe et plus de 70 établissements en gestion. C’est le quatrième groupe français en matière de gestion d’EHPAD.

Chiffre d’affaire 2012 : 147 millions d’euros

Actionnariat : Teycheney (61%), Naxicap Partners (39%)

EN SAVOIR PLUS

nobleage

Le Noble Âge est un groupe spécialisé dans l’accueil et la prise en charge de personnes fragilisées. Elle gère et exploite des établissements de santé (EHPAD, Hôpital psychiatrique, Hôpital à domicile) en France et en Belgique. Elle compte plus de 50 établissements. Elle est cotée à la Bourse de Paris.

Chiffre d’affaire 2012 : 258,8 millions d’euros

Actionnariat :

Financière Vertavienne (22,1%), Nobilise 1 et 2 (18,6%), Cogepa et DF Synergies (10,4%), Salvepar (5,9%), Groupama Centre Atlantique (4,7%), autres (38,3%)
Nous travaillons également avec d’autres gestionnaires de plus petite taille comme EMERA ou le groupe SGMR si la localisation est vraiment dans un endroit de première nécessité (IDF, PACA,LYON, BORDEAUX, et d’autres grosses agglomérations)

Le financement

modalites-augmentation-capitalCes opérateurs utilisent différent modes de financement pour leurs établissement :

• l’appel à la capitalisation boursière (qui reste l’apanage des groupes appartenant en fait aux multinationales, banques ou compagnies d’assurance et qui ne partagent pas !)
• le recours aux emprunts bancaires

• la vente d’une partie des murs à des investisseurs privés (qui a pour avantage de ne pas freiner le développement à cause de l’endettement).

Une telle configuration confère à l’EHPAD les caractéristiques d’un immense appareil industriel dont les rouages nécessitent une importante enveloppe financière. Jusqu’à présent, à quelques exceptions près (par exemple le cas où le gestionnaire de l’établissement se voit, lui aussi, contraint d’apporter sa contribution dans le financement des travaux de restructuration), trois financeurs se partagent les frais engagés dans l’accueil d’un résident : ce dernier en personne ou sa famille, le Conseil général, et l’Assurance maladie. Plus précisément, le résident ou sa famille supportent les frais d’hébergement en défalquant de ceux-ci l’apport de l’Aide Personnalisée au Logement (APL). Dans certains cas où, par exemple, l’établissement concerné bénéficie d’une aide sociale, c’est le Conseil général qui assume ce tarif, moyennant des conditions. L’Assurance maladie, quant à elle, se charge des montants des soins. Et enfin, le Conseil général s’acquitte en partie des frais correspondants à la dépendance, sous forme d’un subside octroyé à l’établissement. Le reste revient au résident qui doit honorer l’équivalent du tarif GIR 5 et 6 (cf. infra), quel que soit son degré de dépendance. Le résident de la catégorie GIR 1 à 4 (cf. infra) bénéficie de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) pour le paiement du reliquat du montant qui lui est affecté après déduction du montant relatif au tarif GIR 5 et 6 tel qu’il vient d’être énoncé.